Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du marché, à l'idéologie du marché (page)

Au fond, le marché est utile. Echange de produits contre rétribution. Pourquoi pas.

La problème que nous vivons aujourd'hui, c'est que le marché est devenu une idéologie politique.

La puissance toujours plus importante acquise par les plus gros bénéficiairee des échanges marchands leur permet, cette puissance, de véritablement influer sur la Politique, de prétendre que leur façon de fonctionner, puisqu'elle leur a apporté la "richesse", est la meilleure qui soit.

Car, hors de Sainte Marge Bénéficiaire, il n'y a pas de vie qui vaille.

Leur petit esprit rabougri, gagne-petit, egoïste et rapace, doit être la norme.

Quand leurs moyens étaient modestes, c'était la valise de billets pour se payer un politicien.

Aujourd'hui qu'ils disposent de fonds illimités (quoique à crédit), ils se payent les lois, la politique, la démocratie... et beaucoup de larbins médiatiques, politiques et intellectuels pour soutenir leur petitesse.

Regardez Maurice Taylor et son mépris des salariés - en l'occurence des français, mais aussi évidemment de tous les autres - incapables d'atteindre son Himalaya de fric et d'arrogance vide.

Il fait des affaires. Il exploite des gens. Il fait sa Marge. Et on devrait lui cirer les pompes, à ce crétin.

Parce qu'il faut bosser, hein. La Travail rend Libre, comme ils disaient à l'entrée des camps nazis.

Le progrès social est une idée de communiste.

Il ne peut désormais n'y avoir de progrès que techno-scientifique. Le dernier iBidule qui va plus vite que celui d'avant. La crème de jour à l'acide tartalacrémique, qui rend votre peau tellement plus jeune.

Même la révolution n'est qu'une question de gadget technocrétin... (remercions les pays Arabes de nous rappeler ce qu'est une révolution: (tenter de) se débarrasser d'une TYRANNIE. Evidemment ce n'est pas la manière la plus aimable et la plus douce, mais la conscience Politique des peuples n'est pas encore assez élevée pour faire mieux. Faut faire avec.)

Remarquons en passant que ces intellectuels cireurs de pompes évoqués précédemment s'attaquent justement à la Révolution française: barbare, violente, faisant tant de morts parmi les puissants... dont ils pensent faire partie aujourd'hui...

Ce matin, Bernard Guetta a fait l'éloge des partis de centre gauche et centre droit en Italie, contre les démagogues que seraient Berlu et Grillo. Il préfère les technocrates gris, austères et "réalistes". 

Leur point commun, à ces technocrates "du milieu" et aux démagogue ? La corruption par l'idéologie du marché.

Take the money and run, parasite.

 

Lien

- Vie privée dans les commissions parlementaires européennes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.