Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mots variés sur choses diverses

  • Conditionnement psycho-social

    Pin it!

    Les idées que l'on se fait du monde et de la réalité nous sont données par la société dans laquelle on vit.

    Fondamentalement, il n'y a pas de différence entre le redneck texan évangélique, le pakistanais intégriste musulman, le député En marche, etc.

    Chacun.e est conditionné.e par son environnement. Certains pensent être plus libres que d'autres, certains se croient plus intelligents que d'autres, certains sont plus violents que d'autres dans la défense de "leurs" idées.

    J'entendais une personne interviewée sur une chaine de télé dire qu'on ne devait pas obliger les gens à se faire vacciner.

    Pourquoi pas... même si les virus se foutent bien de la démocratie et de la "liberté" individuelle.

    Ceci dit, toute société est une machine à "obliger" ses membres.

    Les différences sont dans le degré utilisé pour obliger... et dans les sujets obligatoires.

    Toutes les sociétés ne conditionnent pas exactement pour les mêmes objectifs, sauf pour celui du contrôle général des comportements.

    Le plus efficace est de faire en sorte que les obligations sociales deviennent des obligations individuelles, personnelles. L'auto-contrôle est le plus efficace et le moins consommateur d'énergie.

    Cet auto-contrôle est le résultat d'un conditionnement psycho-social.

  • Pas de profit sur la pandémie

    Pin it!

    Je soutiens à fond l'initiative européenne :

    Face au Covid19, tout le monde mérite protection

    >> Pas de profit sur la pandémie

  • Le facho, ce frustré de l'autorité

    Pin it!

    Il n'est qu'un frustré de l'autorité, celui qui cherche à s'imposer aux autres par la violence.

    Pathologie psycho-sociale de l'extrême-droite.

  • Qu'est-ce qu'on appelle "dépression" ?

    Pin it!

    Ce matin aux savanturiers, un champignon hallucinogène pour lutter contre la dépression.

    C'est l'approche biochimique, si appréciée des laboratoire de chimie pharmaceutique. Avantage : Il va y avoir un truc à vendre.

    Mais ce qu'on appelle dépression correspond à un ensemble complexe dont la biochimie n'est qu'un des aspects.

    Avant d'atteindre un niveau pathologique où souvent la biochimie peut effectivement devenir un élément majeur, cela a très souvent débuté par un problème psycho-social.

    Pourquoi entre-t-on en dépression ? Parce qu'il se passe des choses dans notre environnement d'une telle intensité que nous nous sentons débordés, incapables. Le corps, toujours en interaction étroite avec notre "état d'esprit" produit les hormones qui crée/renforcent un "état dépressif'.

    Si elle est prise dès le départ, la situation dépressive peut être limitée par une compréhension des mécanismes psycho-logiques qui en sont l'origine.

    Nous avons un idéal.

    Voire plusieurs.

    Être une belle personne, intelligente, riche, avec une famille aimante, des voisins discrets, une santé de fer, une vie tranquille (ou aventureuse), une voiture, deux voiture, un bateau, un château, un(e) prince(sse) charmant(e), etc.

    Mais la vie ne fournit pas ce que la société humaine, via sa propagande ordinaire - la publicité, les contes, les histoires médiatisées, ne cesse de nous suggérer comme idéaux.

    Nous somme petit à petit un peu plus frustrés de ne pas atteindre ces objectifs.

    Cette accumulation de frustrations peut conduire à de la dépression: de toute façon, je suis nul(le)... je n'arrive à rien... Le monde est contre moi...

    Cette pente fatale vers la dépression, on peut appeler cela l'IFD : De l'Idéalisme à la Frustration, conduisant à la Dépression.

    Un des premiers médicaments contre la dépression est la conscience de cette différence entre ce que nous voulons et ce que nous pouvons avoir.

    Un médicament complémentaire est de ne pas se laisser enfermer par la logique binaire. Ce n'est pas parce qu'on perd une partie que l'on perd le match. On n'est jamais totalement nul, ou totalement stupide.

    Rejeter comme toxique une expression du genre "quand on veut, on peut".

    Se rendre compte que notre langage tout entier porte des expressions toutes faites qui contribuent à créer un écart entre ce que nous voulons et ce que nous pouvons.

    Il ne s'agit pas de dire qu'on ne peut rien faire. Il s'agit de comprendre nos propres limites, de travailler à l'intérieur, et de les repousser petit à petit (ou d'un coup !... ça dépend des circonstances).

    Connaître ses limites sans se laisser enfermer par elles, voilà bien un principe qui contribue à créer un cadre logique qui permet d'éviter l'IFD.

    Cela s'appelle de la prévention psycho-logique.

  • Capitalisme et parasitisme

    Pin it!

    Les labos pharmaceutiques ont été arrosés de financements publics pour développer des vaccins contre la covid, et ils voudraient en plus les faire payer au prix fort ?

    Les contribuables paieraient deux fois ?

    Parasitisme et capitalisme.

     

  • Le conspirationnisme, ça rassure...

    Pin it!

    Le conspirationnisme, ça rassure parce que cela donne une explication.

    Face à un monde compliqué, difficile à comprendre, la conspi, c'est un "modèle explicatif" du monde qui :

    - donne des réponses simples,

    - donne des responsables des problèmes

    - fait passer les adeptes pour des victimes (et donc pas responsables de ce qui se passe).

    On y met une pincée de toutes ses idées les plus simples, les plus caricaturales, les plus stupides parfois.

     

    Un modèle explicatif de la réalité, c'est mieux que pas de modèle du tout, ou du moins ce que nous avons de mieux en magasin, c'est-à-dire un modèle relativement flou.

    Le binaire du bon et du mauvais est très souvent insuffisant pour comprendre/modéliser la réalité.

    Apprendre à accepter que, parfois, on ne sait pas, qu'on a souvent de fortes probabilité à la place de vérités absolues.

    Que l'alibi du coupable absolu responsable de tous les problèmes du monde est juste une connerie.

  • Manipuler quelqu'un

    Pin it!

    Manipuler quelqu'un, c'est influencer son image du monde pour la faire correspondre à la sienne.

    Nous avons tou-te-s dans la tête une image du monde, un modèle plus ou moins complexe de ce que nous pensons être la réalité.

    Ce modèle est fait

    -de relations (ceci est lié à cela),

    -de causalités (ceci arrive PARCE QUE il s'est passé cela )

    -de jugements de valeurs (ceci est bien, cela est mauvais, et cet autre truc, je l'ignore)

    La complexité du modèle est proportionnelle à la capacité à prendre en compte un nombre plus ou moins important de relations, de causalités et de jugements de valeurs.

    Manipuler, c'est influencer ce système logique interne. Le "bon" manipulateur va travailler sur tous les aspects à la fois.

  • En démocratie, les seuls ennemis sont...

    Pin it!

    Trump et autres autocrates de par le monde font passer leurs opposants pour des ennemis.

    En démocratie, les seuls ennemis sont ceux qui sont ennemis de la démocratie.

  • Le langage publicitaire, menace pour l'intelligence et la démocratie.

    Pin it!

    Le langage publicitaire est au service du lavage des cerveaux.

    Il vend n'importe quoi, lessive ou idées politiques.

    Il fait ça avec :

    - des idées courtes et simples

    - qui vont toujours dans le sens des idées préconçues du client

    - qui apportent des solutions (généralement stupides parce-que de court terme) qui arrangent le vendeur

    - répétées sans arrêt.

    C'est ce que font autant les publicitaires que les politicards, tous manipulateurs de foules.

    Contre le facile à penser, il est difficile de proposer un peu plus de complexité (et pas la pseudo complexité façon Macron)

    Les idées simples et fausses se transmettent tellement plus facilement.

  • PROPAGANDE et PEUR, les deux outils de tous les fascismes

    Pin it!

    Les régimes fascistes, que ce soit le pseudo-communiste chinois ou celui, rêvé, d'un Trump, fonctionnent sur deux pieds:

    La propagande pour contrôler les idées, la peur pour contrôler les corps.