Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bon, ça vient.

    jamais.gif

  • Vache de pétition...

    A signer ici:

    1000vaches_horizontal.png

     

  • Emeutes et capitalisme

    La révolte ne cesse pas au Bangladesh.

    Voilà qui devrait plaire aux "économistes" de Cour: le populo qui se bat pour obtenir de meilleurs salaires, histoire de pouvoir mieux consommer, et donc mieux faire tourner ce cher capitalisme qui nous sauvera de la barbarie et de la mort.

    Non?

     

     

     

  • "C'est ça ou rien."

    Le "modèle" allemand, ou "le capitalisme" écrasant sans problème les plus pauvres.

    Les "économistes" et autres larbins qui nous promeuvent l'efficacité économique allemande ne seront jamais payés 1 euro 80 de l'heure. 

    Sur France Culture, "Les oubliés du modèle allemand"
    20.09.2013 - 18:15 
    Lise Jolly nous emmène à la découverte du revers de la médaille Merkel, l'Allemagne des très bas salaires et des mini retraites.
    Présentation de Tara Schlegel, en direct de Berlin. Réalisation : Annie Brault.

    Page de l'émission. Le mp3.

     

      

     

     

     

     

     

  • "populisme" néo-nazi

    " ... Et pour demeurer sans doute dans l’exotisme, Valéry Giscard d'Estaing accompagné d’Antonis Samaras et du Maire d’Athènes s’autorisant une promenade près du jardin botanique de notre ville en marge du colloque organisé par l'International Herald Tribune lundi 16 septembre ont estimé que “le populisme menace la Démocratie”. Bonne blague ! Avant que la Troïka (Union Européenne, FMI, BCE) ne nous gouverne définitivement par décrets, l’Aube dorée par exemple obtenait aux élections législatives entre 0,07% (en 1996) et 0,29% (en 2009). Un double mémorandum aura suffi pour qu’aux élections de 2012, les Aubedoriens atteignent désormais 7% des suffrages exprimés. Pavlos Fyssas, l’a bien vu venir... " 

    Source...

     

     

     

     

  • Elpida de Skyros

    Elpida est le nom d'un jeune cheval d'une espèce très rare (dans les 200 individus) de l'île de Skyros, en Grèce, et blessé à une patte.

    Contre l'avis des vétérinaires qui - comme d'hab - suggéraient l'euthanasie, un orthopédiste a décidé de soigner - gratuitement en dépit des frais considérables - la patte en lui posant une prothèse.

    Elpida de Skyros a l'air de s'en bien porter.


     

     

  • La NSA en mode autodestruction

    Un bien intéressant article de dedefensa sur la situation de la NSA...

    Il est intéressant, vraiment, qu'une minuscule poignée d'individus, Manning, Snowden, parviennent à faire trembler sur ses bases une organisation aussi puissante... Ils ne sont pas réellement seuls, bien sûr, il y a les relais de la presse, mais ils sont la base sans laquelle pas grand chose ne peut se faire.

    Je ne parviens pas à retrouver, ni le nom du philosophe, ni la citation exacte, mais il y en a un qui l'a envisagée, cette évolution exponentielle de la technologie qui conduit "naturellement" à rendre les individus de plus en plus puissants par rapport au système.

    Infiltrer un virus, déballer les secrets.

    L'article de dedefensa

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • 12 octobre: marche contre Monsanto

    Le 12 octobre, une nouvelle opération internationale contre Monsanto, avec une superbe affiche.

      

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Maladies "génétiques"

    J'entends et lis parfois que les maladies rares sont "à 80% d'origine génétique."

    Comme si la génétique était une origine spécifique, hors des autres contingences, hors des relations naturelles de notre organisme avec le monde.

    Mais le génôme n'est pas une entité séparée. Le génôme est influencé par ce qui se passe. Lorsqu'on dit qu'une maladie est "d'origine génétique" la question suivante à se poser est: qu'est-ce qui dans l'environnement a pu influencer le génôme pour qu'il conduise à la maladie... et si l'on peut le déterminer, on peut ainsi (essayer d')éviter que cela se reproduise.

    Seulement, quand on se pose ces questions de bons sens, on retire du pouvoir aux généticiens et aux médecins pour le refiler aux toxicologues et autres casse-pieds qui risquent de trouver des coupables... Alors que dans le cas de la "cause génétique" c'est le patient lui-même qui porte sa "responsabilité." Et c'est tellement plus simple, au fond.

    Et tellement moins dangereux.