Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intelligence artificielle (IA) et intelligence humaine ont les mêmes limites...

(Version Un point un (ajout en bleu) - 5.8.2017)

Voyons un peu...

Définissons pour commencer intelligence comme la capacité à "comprendre" de manière pas trop... stupide (!) ce qui nous arrive du monde, de la réalité.
Définissons Comprendre comme la capacité de mettre en relation de manière aussi cohérente que possible des données éparses.

L'intelligence a besoin d'un but: comprendre oui, mais comprendre quoi ?
>> problème (biais du But) Ce choix va influencer tout le processus, conditionnant ce que l'on va chercher et la manière de le chercher.

L'intelligence a besoin de données du réel (ou de mots pour la philosophie...)
l' IA en a désormais des masses (trop?) considérables: les bigdata.
>> Problèmes (biais des Données) Les données sont récoltées selon... l'outil de récolte et ses limites (Perte? Inadéquation?...)
+ les données sont obsolètes par nature (C'est du passé !).
+ volume très important.

L'intelligence a besoin de traiter les données (#Algorithme): Elle les filtre pour trouver celles qui intéressent le but fixé
>> Problème (biais du Traitement) l'algorithme peut être (est! ;) mal conçu (conditionné par le but), avoir des "trous" logiques (erreurs) qui influenceront le traitement des données.

But, récolte et algo ont chacun des biais que toute intelligence, humaine ou artificielle, doit affronter, et qui la limitent.

Et bien sur tout ceci est un cycle: la compréhension peut créer de nouveaux buts, conditionner les outils de collecte de données à venir et les algos, ce qui mène à ce problème (#biais 4): l'intelligence dépend du Contexte.
Vous ne pouvez traiter intelligemment de, disons par exemple la sustentation magnétique si vous ne connaissez pas l'existence de l'électricité. L'idée ne peut vous venir, et si elle vous vient ce n'est pas de l'intelligence mais de l'imagination. L'intelligence (pratique) d'une époque n'est pas celle d'une autre.

Un exemple lié à l'intelligence "moderne" ? Alimenter des mêmes données une IA de la police et une de la Sécurité sociale produiront des résultats différents...
...tout comme policier et médecin "traiteront" différemment une même personne... et tout comme un médecin du XXIe siècle comprendra/traitera différemment d'un médecin du XIXe.

Tout ceci est inévitable. No alternative.

Notons que les données "oubliées" dans les processus peuvent être prémisses de "Cygnes noirs" c'est-à-dire de "surprises" "imprévisibles"...

Etc.

Écrire un commentaire

Optionnel