Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Populisme" et logique binaire

    Deux éléments qui font marcher le "populisme":
    1, il déculpabilise les individus. Ce qui arrive n'est pas de ma faute.
    2, il donne des "réponses" en fournissant des coupables simples et visibles.

    Face à des inquiétudes considérables et réelles, tant sur les conditions de vie ordinaires que l'avenir potentiellement très sombre de la société, ça rassure. En face, les scientifico-écolo-gauchistes font l'inverse : Tous coupables individuellement, de nos cancers du fumeur au réchauffement climatique.

    Pour désamorcer l'efficacité indéniable de la machine à rassurer, il faut faire ressortir les contradictions qu'il y a dans les prétendues réponses, MAIS éviter la culpabilisation.
    Culpabiliser les individus fournit du carburant. Personne n'aime se sentir coupable. C'est trop personnel.

    Il vaut mieux montrer les contradictions internes de leur modèle explicatif, aussi simplement que possible. Cela démonte la logique. On évite la responsabilité personnelle qui "pollue" la question Politique.

    Il me semble que nous sommes conditionnés par la logique binaire, et cela plus profondément et plus simplement que par les "affects". Si vous cherchez bien, le binaire est pratiquement partout dans tous les discours, mais largement dissimulé.

    La logique binaire conduit au pire.
    Si j'ai raison et que l'autre à tort, j'ai tous les droits sur lui.
    Ultimement, je peux lui écraser la gueule puisque j'ai Raison, et qu'en plus je ne suis pas Coupable (double logique binaire raison/tort et culpabilité/innocence)...

  • Les ravages de la logique binaire

    Dans nos discussions ordinaires autant que les messages volontairement manipulatoires, la logique binaire est souvent dissimulée, et plus ou moins consciente. Elle n'en a pas moins des conséquences pratiques sur nos idées et nos actions.

    Là où l'on pourrait voir de l'idéologie, il n'y a souvent que des simplismes logiques imbriqués qui fabriquent notre pensée, nos Grands Principes, voire juste nos idées de tous les jours sur les gens et les choses.

    Il peut s'avérer très utile de tenter de découvrir ces simplismes binaires, de les démêler du fatras du discours.

    J'y reviendrai mais l'exercice de détection est très intéressant... mais pas forcément facile : ces simplismes sont imbriqués et leur binaire ne saute pas forcément aux yeux.

    A suivre...