Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les 2 principes du Capitalisme

    Principe n°1: le Marché a toujours raison.
    Principe n°2: Lorsque le Marché a tort, voir le principe n°1.

    C'est quand même pas compliqué.

  • Vas-y Hubert !

    Excellente intervention d'Hubert Reeves, comme d'habitude, dans cette émission.

    Le pire de l'émission, ce sont les questions! ;)

    Parce qu'un grand Principe de la Vie Humaine (sic!) est : ce n'est pas parce que nous avons une question qu'il y a une réponse directe. C'est l'art de reconnaître nos limites, et en particulier celles de notre langage, capable de fabriquer des constructions complètement abstraites, hors-sol, imaginaires, que nous voulons ensuite confronter à "la réalité". Cela peut être intéressant, créatif, amusant, mais il faut en reconnaître les limites: ce que j'imagine de "la réalité" n'EST PAS "la réalité".

    Hop.

     

  • Qui donc ne sait pas s'adapter ?

    On nous serine sans fin que le petit peuple, en particulier français mais l'argument est utilisé partout, ne sait pas s'adapter.

    Qu'il renâcle par exemple à bosser le dimanche pour la plus grande gloire du tourisme global, ou la nuit pour devenir toujours plus con-pète-itif.

    Dans le même temps, et en dépit des problèmes de pollution planètaire, de consommation délirante des ressources pourtant limitées - pétrole, métaux, etc., Renault va construire une "nouvelle" bagnole en Inde. Pas chère, et donc plus que probablement très polluante (la "propreté," c'est cher). Il est temps que tous les indiens aient leur bagnole. D'ailleurs tout est fait pour qu'ils en aient BESOIN.
    Parce que Renault, comme les autres constructeurs de bagnoles, ne sait rien faire d'autre que de construire et vendre des bagnoles.  

    Eux ne s'adaptent pas aux nouvelles conditions de plus en plus graves.

    En même temps, les bétonneurs veulent bétonner. Il ne savent rien faire d'autre.

    Les bitumeurs veulent faire des autoroutes. Il ne connaissent rien d'autre.

    Les compagnies aériennes continuent d'empoisonner la haute athmosphère: pas grave, y'a personne là-haut, et ils ne savent rien faire d'autre.

    Et tous s'achètent les politiciens pour qu'ils défendent leurs intérêts de gens QUI NE S'ADAPTENT PAS, eux.

    Mais c'est nous, larbins populassiers, qui ne savons pas nous zadapter.

    >> Capitalisme et changement climatique à "Terre à terre"

     

  • Le capitalisme, c'est la liberté du riche.

    Et encore... Cet imbécile se croit libre alors qu'il dépend complètement... de son pognon!

    Niark niark ;)

     

     

  • La tourmente grecque

    "La tourmente grecque," un documentaire en tournée, et peut-être près de chez vous ?

     

  • Corruption des systèmes de santé

    A propos du livre: "Remèdes mortels et crime organisé : comment l'industrie pharmaceutique a corrompu les services de santé" : écoutez cet entretien sur Radio Canada avec le traducteur du bouquin, édité au Canada, ici.

  • Costa Gavras et Tsipras

    "Il y a des gens qui ne veulent pas que Tsipras réussisse.

    "Ils veulent voir revenir le gouvernement précédent, ils veulent des yes-men.

    "Varoufakis a eu raison de leur parler en égal, et ils n'aiment pas ça...

    "Il faut donner sa chance à Tsipras.

      Costa Gavras, à propos d'un entretien (En Anglais. C'est marrant, ils l'appellent "Costas" Gavras...)

     

  • Pour "les Républicains"...

    ... espagnols. 

     

     

    "'Land and Freedom," diffusé récemment à la téloche. Excellent.

    [ Contexte: Le parti de droite dure français UMP veut, à l'initiative de son chef dont le nom de guerre est Paul Bismuth, s'appeler désormais "Les Républicains". Certains ne doutent de rien. C'est à ça qu'on les reconnaît.]

  • La "Justice" n'a pas forcément à voir avec "l'intelligence"

    Aux Etats-Unis, l'auteur encore vivant de l'attentat de Boston est condamné à mort.

    Alors que l'idéologie qui manipule ce type le conduit à vouloir mourir pour ses idées.

    Il y a un petit problème, mais cela n'a aucune importance. La "justice" n'est pas là pour régler les questions socio-idéologico-politiques.

    Elle est là pour régler un problème local.

    Que sa façon de le "régler" justifie d'autres actions du même type (les copains de notre individu vont utiliser son "assassinat officiel" comme une justification de plus pour d'autres actions - même s'ils n'en ont pas besoin, mais c'est bon pour le marketing) est hors de portée de nos politiciens (puisque ce sont eux qui font les lois qui définissent "la justice").

    Tuer un type prêt à mourir. C'est moderne ?