Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Trois idées reçues sur la crise grecque

    Et pour en finir avec les idées reçues comme :   les Grecs ne travaillent pas   les Grecs ne paient pas leurs impôts   les Grecs se gavent d’aides européennes cette petite vidéo pour remettre les pendules à l’heure...

  • Méga-propagande

    Nos politicards et médias secouent l'idée que la Grèce sortirait de l'Euro et... de l'Europe.

    Joli sophisme dit de la "pente glissante". Jolie escroquerie verbale.

    Si la Grèce sort de l'Euro, on devrait l'envoyer dans l'espace, tiens. Non mais.

    En tout cas, une fois sortis de l'Euro, ils pourront imprimer leur monnaie. Même si sa valeur sera moindre, ils en seront les maîtres (en tout cas nettement plus qu'ils ne sont maître de l'Euro). Ils pourront, comme la majorité des pays de la planète, payer leurs factures avec cet argent, imprimé par leurs soins. Un scandââle pour les banquiers européens et FMIesques.

    C'est peu de chose, mais ce n'est absolument pas mineur.

    L'Euro est mal fichu. Si elle sort maintenant, la Grèce évitera la Grande Gamelle Qui Vient! ;)

     

     

     

  • Finances grecques, un résumé éclairant.

    A un tel niveau de mensonges...

    Fils de la corruption globalisée, le fascisme financier est à l'oeuvre.

     

  • Pourriture globalisée

    " Il existe plusieurs arguments juridiques permettant à un État de répudier ses dettes illégales, odieuses et illégitimes. Dans le cas grec, un tel acte unilatéral peut se fonder sur les arguments suivants: la mauvaise foi manifeste des créanciers qui ont poussé la Grèce à violer son droit national et ses obligations internationales en matière de droits humains ; la primauté des droits humains sur les autres accords tels que ceux conclus par les gouvernements précédents avec les créanciers de la Troïka ; la coercition ; la présence de clauses abusives violant la souveraineté de l’État grec ; et enfin le droit reconnu en droit international pour un État de prendre des contre-mesures quand les créanciers posent des actes illégaux. ' (Source)

    Les banquiers ont le pouvoir, et ils comptent bien nous ratisser. La Grèce est un galop d'essai, un petit test pour voir jusqu'où ils peuvent aller dans le mensonge, le double langage, l'escroquerie pure et simple. Et ils peuvent aller loin...

  • Suppression de la chaîne de télé "Big Brother Albania"

    Sans rire. Franchement, on voit de ces trucs!... Big Brother Albanie !

    (Alors que, manifestement, Big Brother s'est très bien adapté et qu'il n'est pas près de disparaître. Vous l'avez dans votre poche, très probablement.)

  • On va mettre ça là:

  • Le capitalisme marche sur la dette, et il n'y survivra pas

    « Tant au Nord qu’au Sud de la planète, la dette constitue un mécanisme de transfert des richesses créées par les travailleurs-euses et les petit(e)s producteurs-trices en faveur des capitalistes. L’endettement est utilisé par les prêteurs comme un instrument de domination politique et économique » (Charte politique du CADTM international, Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde)

     -> Formidable « Les Chiffres de la dette 2015 » du CADTM !

  • TPP: bonne nouvelle

    Le traîté "commercial" transpacifique en cours de discussion entre les E-U et des pays asiatiques a pris une sacrée claque vendredi. Le système du "Fast track" qui aurait permis à Obama de décider en accéléré à la place de ses  Assemblées a été refusé par les Représentants.

    Le commerce est une activité qui, comme les autres, doit être soumise à la décision démocratique éclairée et ouverte.

    Il n'y a aucune raison pour que les boutiquiers, sous prétexte qu'ils sont extrêmement riches, soient exemptés du lôt commun. LOL.

    Voilà qui donne du grain à moudre aux mafieux de Bilderberg (cf note précédente)

     

  • Réunion de la Mafia Bilderberg

    Et hop, encore un petit pince-fesse secret. Pas besoin de théorie du complot. Les faits suffisent à éveiller la suspiscion...