Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Publi-Shit-é

    A voir les pubs de la téloche, aujourd'hui comme hier, immondes déchets aussi vulgaires que méprisants, une seule réponse pour ce soir...

     


    Alain Souchon - Foule sentimentale par rycko35

  • Tabous

    Ce matin, on cite le premier ministre. Quelque chose du genre: "Le retour aux 39h ? Pourquoi pas? Il n'y a pas de tabous."

    Et si, il y a des tabous. Un, au hasard: Contrôler les flux monétaires internationaux par le prise de contrôle des chambres de compensation (cf Denis Robert vs. Clearstream). Très facile. "On" ne le fait pas.

    Un autre tabou: Les banques. Aucun banquier en taule, après leurs escroqueries.

    Le tabou de la finance, soutenu par le chantage (ne pas soutenir les banques ferait s'écrouler tout le système) et la corruption (Représentants de Goldman Sachs mis en poste de contrôle), etc.

    Rien de tel qu'un tabou, assuré - on ne sait jamais - par la violence ordinaire.

     

  • Compétitivité: L'insupportable flot de propagande

    Entendu dans le poste: Hollande rencontre aujourd'hui les représentants de l'omc, du fmi, de l'oit, de l'ocde, de la bm (pas de majuscules).

    Rien que ça.

    Tous, y compris l'oit, demandent la même chose: SUPPRIMER LES ACQUIS SOCIAUX POUR ETRE PLUS "COMPETITIF"... car c'est bien ce qui est dissimulé derrière leur rhétorique.

    Restons-en juste à la "compétitivité", qui n'existe pas en dehors des relations que nous avons avec les autres joueurs, en l'occurence les Etats.

    La compétitivité toute seule, en dehors des autres, ça n'existe pas. (Ras le bol d'enfoncer les portes ouvertes, mais le niveau est tel qu'il faut bien essayer de le remonter un peu...)

    Donc, il faudrait être compétititif par rapport à qui et comment ?

    En ayant des salariés mieux payés, en bonne santé, avec du travail de courte durée mais efficace et de bonne qualité, avec la confiance dans l'avenir en sachant qu'ils pourront se reposer après avoir trimé un bon coup ?

    Et quoi encore?! ça coûte trop cher, ce genre de plaisanterie. La compétitivité par la meilleure qualité: c'est non. Paf.

    Non, il fait faire moins cher. Se comparer aux Chinois à 100$ par mois, sans Sécu, ni Retraite ni rien. Avec des produits de merdre fabriqués par des esclaves.

    Le problème que ces tarés font mine d'oublier, c'est que si vous ne payez pas vos salariés, ou s'ils sont en mauvaise santé, ou vieux, et bien ils ne consomment pas, et donc: pas de croissance... Ah, c'est vrai, on a failli oublier la Croissance, cette divinité pour décervelés...

    En fait, nos actionnaires, gros et petits, s'en foutent. Ils veulent le pognon tout de suite. Prend l'oseille et tire-toi. Mais si on le donne aux salariés, c'est autant qu'ils n'auront pas, pensent-ils, les cons.

    L'idéologie de ceux qui ont un portefeuille à la place du cerveau est en train, gràce à la "crise", de tout dévaster. Et nos socialos vont le faire, comme ils l'ont fait en Espagne, en Grèce...

    Et demain, tous ces représentants de toutes ces belles institutions seront chez Merkel...

     

  • Déplacement de site...

    J'ai déplacé mon site "Petit guide de l'environnement sémantique" >>> ICI >>>

     

  • Radio

    Ce matin, deux émissions intéressantes dans le poste.

    - A propos du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes à Terre à terre (téléchargement direct. Le site de l'émission donne ce matin un autre sujet: l'énergie partagée. Remplacement de dernière minute certainement)

    - Daniel Kahneman, invité de On n'arrête pas l'éco sur France Inter. Sur la non-rationalité fondamentale des "agents économiques" - des humains, quoi - avec en particulier cet aspect manipulateur appelé "ancrage" (biais cognitif)

  • La charité, commissaire.

    La commission Européenne lance l'idée d'un fonds d'aide aux plus démunis. Quelle bonne idée. Voilà qui permettra de sortir de la mouise tous ces Grecs, Espagnols, Italiens, et sous-payés Allemands que la Commission, en accord avec les Etats, a elle-même foutus dans la marde.

    Bravo.

  • Chine et nucléaire civil: on se calme.

    La Chine va reprendre le développement de ses centrales nucléaires, interrompu suite à la catastrophe de Fukushima, mais semble vouloir calmer le jeu, en imposant des conditions de sécurité beaucoup plus strictes. elle dispose actuellement de 16 réacteurs selon l'AIEA. 

    Si la qualité des centrales chinoises est du même genre que celle du matos qu'on lui fait fabriquer... A propos, comment va le barrage des trois gorges?...

    Source de l'information:

    China's nuclear plan back on track after 19-month freeze
    Partial resumption of programme suspended after Fukushima signals China's readiness to 
    rekindle its ambitions for atomic power

    Shi Jiangtao in Beijing 
    jiangtao.shi@scmp.com

    Thursday, 25 October, 2012, 12:00am 

    Beijing has officially lifted the freeze on new nuclear projects, ending a 19-month ban on approvals imposed in the wake of Japan's nuclear disaster last year.

    But a State Council meeting yesterday, chaired by Premier Wen Jiabao, also decided to raise safety standards significantly and to drop proposals for the construction of nuclear reactors in inland provinces for the next three years.

    Just a week after the approval of a five-year nuclear safety plan, the government gave the green light to the long-term development plan for nuclear power, which runs to 2020 and signals its readiness to rekindle its ambitions for atomic power.

    "The adoption of the safety plan and the long-term blueprint eventually puts an end to the ban on nuclear-project approvals and means authorities are again ready to give approval for new projects," said Yang Fuqiang , a senior energy adviser for the Natural Resources Defence Council's office in Beijing.

    But Yang and other experts also noted that, with a ban on building inland reactors by 2015 and much stricter safety standards, China's nuclear ambitions and the pace of its nuclear expansion will be significantly scaled down from plans adopted before the Fukushima nuclear disaster.

    According to the State Council decision reported by Xinhua, all new nuclear reactors must meet safety standards for so-called third-generation reactors.

    "Only a few nuclear plant projects that have gone through comprehensive considerations will be allowed to be built in coastal regions and there will be no nuclear projects in inland regions during the 12th five-year period," it said.

    Just days before Fukushima China had rolled out a plan to become the world's leader in nuclear energy by 2020, with more reactors to be built by then than the rest of the world put together. But Japan's disaster in March last year changed everything.

    Amid widespread scepticism about the safety of nuclear power and concerns about the frenzy for nuclear expansion, Beijing ordered a comprehensive reassessment of nuclear policy and safety reviews and banned the approval of new projects.

    "Even with the resumption of new approvals, I don't think we will see a reckless expansion as previously planned because of the months-long postponement [in the lifting of the ban] and simply the fact of the halting of inland reactors," Yang said.

    Nearly one-third of the newly planned or proposed nuclear plants were located in inland provinces, due to strong lobbying from local authorities, nuclear officials and power company executives, citing the need to reduce China's dependence on polluting coal-derived energy.

    Lin Boqiang , director of Xiamen University's Centre for Energy Economics Research, said the government's decision sent mixed signals to the nuclear industry.

    "We have yet to see a clear goal for the revised scale of nuclear-power capacity by 2020 and other important details, but what is certain is a significant slowdown of its expansion," Lin said.

     

  • Afrique riche, africain pauvre

    Le village suisse de Rüschlikon a un taux d'imposition très bas, et des résidents extrêmement riches. Mais il reçoit plus d'impôts qu'il ne peut en utiliser. Il peut en remercier l'un de ses résidents, Ivan Glasenberg, PDG de Glencore, dont les mines de cuivre zambiennes génèrent fort peu de revenus pour les Zambiens. La Zambie détient les troisièmes réserves de cuivre au monde, mais 60% de la population gagne moins de $1 par jour, avec 80% d'icelle au chomage.

    Une série de films sur "Pourquoi la pauvreté" va être diffusée dans de nombreux pays en novembre 2012. Source