Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sarko et ses amis ne peuvent que haïr les "nuit debout"...

    Quand ces assemblées réfléchissent au Pouvoir, et en viennent à refuser que celui-ci soit contrôlé par... ceux qui veulent le prendre, il est normal que les drogués de la puissance, les obsédés du pouvoir pour lui-même ne puissent les tolérer.

    Ce n'est pas une question de bêtise, Paul Bismuth.

    C'est une question de Pouvoir. Et tu le sais. Un type qui ne vit que pour acquérir plus de puissance comme toi reconnaît ses ennemis: ceux qui veulent la même place que lui, et ceux qui questionnent le pouvoir lui-même.

    Et comme c'est drôle, les bas-du-front sont sur la même ligne...

    " Le pouvoir attire les psychotiques. Toujours. "  (Frank Herbert)

     

  • La gauche et la droite, ça existe encore.

    Si ce reportage ne vous fait pas grimper au rideau, je suis désolé mais votre tendance idéologique actuelle n'est pas "de gauche".

     

  • Agronomie contre réchauffement climatique

    Le sol peut protéger du réchauffement climatique en stockant les quatre cinquième des émissions dues à la combustion des énergies fossiles... Plus ici (en anglais)

  • Merveilles de la chimie moderne

    Aujourd'hui: quand le produit "nettoyant" est encore plus toxique que le produit "nettoyé" !!!

    Et c'est en Amérique, de nos jours.

     

  • Nucléaire et intelligence

    Le Japon, au carrefour de 4 plaques tectoniques.

    japlaks.jpg

    Un endroit manifestement idéal pour le farcir de centrales nucléaires.

     

     

  • Belgicaines...

    Parce que les putes, même belges, sont aussi des femmes. Des Êtres humains, quoi. Histoires belges : dans un carré (R) ...ou écouter directement par ici :

  • A gauche.

    Ni à droite, ni à gauche ? Certainement pas.

    « ... C’est ça, la vraie question : la question de l’empire du capital sur les individus et sur la société tout entière. Et c’est cela la gauche : le projet de lutter contre la souveraineté du capital. Évacuer l’idée de gauche au moment où la lutte doit se radicaliser et nommer ses vrais objets — le salariat comme rapport de chantage, le capital comme puissance tyrannique. ... » Frédéric Lordon, ici.