Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pour un renard encore plus libre dans le poulailler libre...

    Oh oui, vivement que ces traités "commerciaux" se mettent en place. Ainsi, les Etats ne pourront pratiquement plus aller fouiner dans les affaires des entreprises. Non seulement une poignée de profiteurs professionnels va y gagner à tous les coups (cf ici) mais encore on ne verra plus des policiers embêter ces bonnes entreprises pour des pécadilles dans ce genre. Que les Etats s'occupent de contrôler leurs citoyens (surtout les voleurs de poules). Pour le reste, le Divin Marché y pourvoira, pour le plus grand bénéfice... des 1% peut-être ? Des mafias certainement. D'ailleurs l'un et l'autre ne peuvent qu'être mélés.

     

  • Agriculture moderne, agriculture sans labour

    C'est en tout cas un bon début... si du moins on ne remplace pas la machine par le désherbant, ce qui n'est pas le cas apparemment ici, mais toutes les escroqueries sont dans la nature. Les vendeurs sont parfois prêts à tout pour continuer à vendre. On ne cesse de nous dire qu'il n'y a pas d'alternative. On finirait presque par le croire. Presque.


    Agriculture moderne, agriculture sans labour... par micheld1515

  • Etre et ne pas être...

    On entend à l'occasion des gens se demander comme ici par exemple si nous sommes en guerre, ou pas.

    Il semble bien en tout cas qu'il y a un groupe de personnes qui se considère manifestement en guerre contre le monde entier, en vue de lui imposer son idéologie totalitaire. Pour les uns, c'est la guerre, et pour les autres... ça se discute. C'est aussi à ça que servent les bistrots et leurs célèbres conversations...

    Cela me rappelle, sur le plan verbal seulement bien sûr, la distinction qui se faisait à l'époque De la lutte pour l'indépendance en Algérie. Les algériens faisaient la guerre à la France, mais la propagande française ne parlait que des "événements"...

    Pour les uns, c'EST la guerre. Pour les autres, CE N'EST PAS la guerre. Pourtant cette différence de mots se réfère à une même réalité.

    Il me semble qu'une bonne part de l'intelligence humaine vient de la capacité à comprendre que chacunE interprète la réalité à sa façon, comme elle la vit, la comprend, la juge, et ceci dans un contexte social particulier. On pourrait appeler cela de la psycho-sociologie relativiste (qui ne veut pas dire que "tout est relatif" mais "relatif à l'observateur dans son contexte" comme aurait pu dire le père Einstein)... D'ailleurs, toute psycho-sociologie valable ne peut qu'avoir une approche relativiste. La différence étant que dans ces situations, nous n'avons pas seulement affaire à des "observateurs" mais aussi à des "acteurs" qui influencent volontairement l'expérience.

    Il me semble qu'on peut s'approcher de l'idée célèbre du chat de shrödinger qui pourrait être à la fois mort et vivant. L'idée à l'origine de l' "expérience" est différente mais on peut dire que le chat est effectivement à la fois mort et vivant, si l'on définit la mort comme un état complètement stationnaire de l'organisme, système nerveux compris. si vous faites un instantané, une photo, voire si vous avez les moyens une image tomographique fixe du chat, vous observez un chat... mort. Ajoutez la dimension temporelle, et vous "retrouvez" la vie...

    Être ET ne pas être en guerre.
    Être ET ne pas être vivant...

    Et si le verbe "être" lui-même n'était pas aussi un problème ?...

  • Vieille balance

    Balance00003m.JPG

  • Ce que le Divin Marché ne saurait tolérer: une utilisation intelligente de la nature...

    Et le Divin Marché Réel ne peut tolérer que de nombreux intermédiaires puissent disparaître, d'où la création de lobbies aussi acharnés que corrupteurs. Pourtant, c'est là ce que leurs évangélistes médiatiques prêchent continuellement: les inadaptés doivent disparaître.

    Ainsi, quand les maraîchers de Paris nourrissaient la population, et que "pour soutenir la concurrence, il fallait à la fois produire le maximum de légumes sur le minimum de terrain quelle que soit la saison, [et qu'ils étaient] les premiers à proposer à la vente des fruits et légumes d’excellente qualité, et ce, sans produit chimique."

    L'agro-industrie est un parasite de l'agriculture intelligente (c'est-à-dire avec le moins d'intrants extérieurs et le respect du support gratuit qu'est le sol/humus (ou la variante BRF). Et cette agriculture est la seule qui soit véritablement durable.

    Lire l'article ici: Tous les Parisiens se nourrissent de légumes bio - euh, c’était avant !

    Voir aussi, en anglais, le bouquin Farmers of forty Centuries sur l'agriculture intensive asiatique pré-industrielle (1911).

    Et le Divin Marché Réel ne tolère pas les processus naturels parce qu'il ne peut pas y faire sa petite marge.

  • A quoi sert un être humain ?

    A rien.

    Comme tous les êtres vivants.

    Une autre question ?

     

  • Bon appétit ! (Le bonheur est dans l'intestin)

    Même si l'idée de "bonheur" est largement plus floue qu'une question de digestion : Une pizza et nos 100 000 milliards de bactéries