Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les raisons de l'abstention, un problème plus grave que le "populisme"

    Donc, aux élections US, le "populiste" Trump fait dans les 26%

    La populiste Clinton fait un chouïa de plus que lui, mais les artifices politicards autour du vote (Grands électeurs) font qu'elle perd.

    Avec 44%, les abstentionnistes sont le premier parti des Etats-Unis.

    Ce sont ceux qui, justement, ne tombent dans aucun des simplismes "populistes"

    Celui de Trump qui veut l'Etat fort (quoi que cela veuille dire), le chef couillu et les meufs à la maison;

    Celui de Clinton, qui veut l'ouverture totale dans un régime capitaliste apportant la Paradis sur Terre (le même discours d'ailleurs de tous les politiciens et technocrates européistes dont le mantra se résume à "Libre marché=résolution de tous les problèmes, y compris quelques autres".

    Entre deux populismes, la majorité ne choisit pas et... le système est tellement au point que c'est finalement une minorité qui va gouverner, alors qu'il est supposé permettre justement l'inverse: en démocratie, c'est la majorité qui décide, non ?... Et bien non, parce que la Réalité est dans les détails, dans tous ces arrangements entre partis, entre administrations, pour des détails nationaux et autres Grands principes approximatifs...

    Le populisme des solutions faciles est naturel. On aimerait bien que la Réalité se plie à quelques principes simples... mais la Réalité se trouve toujours un pas au-delà de nos principes et de notre logique. Il y a trop de détails.

     

  • Le "Riz doré", ultramoderne escroquerie

    Voilà qui fait chic quand même, ce riz “doré” pour les pauvres, non ?.

    Supposé ultra-chargé en vitamine A grace à un tripotage transgénique, il faudra tout de même en manger des kilos pour obtenir la quantité nécessaire de vitamine A...


    …alors qu’une diète normale, équilibrée et de qualité (=non industrielle et non transgénique) fournit, au "pauvre" comme au "riche", un apport journalier convenable en à peu près tout.

    Avec une agriculture bien menée, même de très petites surfaces peuvent produire plus que nécessaire. Encore faut-il se débarrasser de ce que sont devenus au fil du temps nos parasites agroindustriels. Ils ont cru bien faire au début. ça produisait beaucoup, et ça rapportait autant.

    Désormais, le vrai progrès est ailleurs.