Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mots variés sur choses diverses - Page 2

  • Les ravages de la logique binaire

    Pin it!

    Dans nos discussions ordinaires autant que les messages volontairement manipulatoires, la logique binaire est souvent dissimulée, et plus ou moins consciente. Elle n'en a pas moins des conséquences pratiques sur nos idées et nos actions.

    Là où l'on pourrait voir de l'idéologie, il n'y a souvent que des simplismes logiques imbriqués qui fabriquent notre pensée, nos Grands Principes, voire juste nos idées de tous les jours sur les gens et les choses.

    Il peut s'avérer très utile de tenter de découvrir ces simplismes binaires, de les démêler du fatras du discours.

    J'y reviendrai mais l'exercice de détection est très intéressant... mais pas forcément facile : ces simplismes sont imbriqués et leur binaire ne saute pas forcément aux yeux.

    A suivre...

  • "intelligence" artificielle

    Pin it!

    L'algorithme, c'est du savoir passé, utilisé pour traiter des données toujours nouvelles.

    Le fondement de la réalité, c'est le Changement.

    L'algorithme ne sait pas gérer la nouveauté.


    Reproduire un cerveau par ordinateur ? Quel cerveau ? Celui de Trump ?

    On confond à mon avis la base électro-biologique (le cerveau) et la propriété émergente (la pensée)...

  • Mollesse des sciences dures

    Pin it!

    N'étant pas un scientifique mais juste un... Esprit Critique, je me permets de juger "la science"... Faut pas se gêner.

    On entend parfois certains scientifiques des sciences dites "dures" prétendre à être les seuls vrais détenteur de la seule vraie méthode scientifique vérifiable.

    Essayons-nous à un petit exemple : le circuit électrique. Selon la position de l'interrupteur, le courant passe ou ne passe pas dans le fil. Le monde est (apparemment) simple pour le concepteur de circuits, et sa théorie l'est aussi, vérifiable et tout le toutim de la méthode*.

    Dans la "réalité" (définie comme ensembles d'objets/relations organisés en niveaux, en interactions internes et entre niveaux), s'il est impossible de prendre un chemin, on peut souvent en prendre un autre, ou pas.

    L'un n'excluant pas l'autre, il arrive qu'un état binaire existe vraiment, mais il n'est qu'un état particulier dans un processus beaucoup plus flou lorsqu'on l'observe d'un autre point de vue (relativité).

    Vous avez un circuit électrique parfait, d'accord. Si une tempête fait sauter le compteur électrique et que vous n'avez pas d'essence pour le générateur, votre super circuit est bon à mettre à la poubelle, et votre théorie, parfaitement valide, est tout simplement inutilisable. Le contexte relativement flou (la tempête résultant d'un ensemble de paramètres beaucoup plus large, mais tout aussi valides que ceux de l'électricien) rend votre bidule sans aucun intérêt.

    Plutôt que de catégoriser de manière ridiculement binaire entre sciences dures et molles, on pourrait peut-être (une idée comme ça) affecter à chaque spécialité scientifique une sorte de "coefficient systémique" qui indiquerait (le nombre de niveaux)/(le niveau de complexité) qu'elle prend en considération dans ses théories, une façon d'évaluer le "toutes choses égales par ailleurs" de la recherche.

    Le plus rapide en tout cas serait que nos spécialistes commencent à apprendre la modestie... ce que le contexte dans lequel évolue la techno-science - en particulier la nécessité de (se) vendre - ne facilite pas vraiment.

     

    * Lire aussi : Faire sa fête à la science

     

  • Trump déculpabilise.

    Pin it!

    C'est une base fondamentale de sa stratégie, que tous les autres reprennent.

    Il dit à ses électeurs et trices que non seulement ils ne sont pour rien dans les problèmes du monde, mais qu'en plus c'est le monde qui est la seule cause de leurs problèmes à eux.

    Il donne des coupables faciles: les immigrants, les chinois, ceux du camp politique d'en face, la presse...

    Les autres sont cause de tout.

    C'est si rassurant dans ce monde compliqué et difficile quand on te dis que tu n'y es pour rien.

    Tout cela porté par une rhétorique et des sophismes au binaire tout aussi assumé qu'indispensable.

    Cette technique est la même chez tous les manipulateurs d'extrême-droite sur cette planète à l'humanité inquiète.

    Contre ça ?...

    Face au simplisme, à la caricature qui rassure, il est difficile de lutter, en particulier lorsque la presse et les réseaux "sociaux" sont accro aux petites phrases rapides qui facilitent la pensée binaire/stupide... sauf à travailler une rhétorique et des sophismes tout aussi rapides mais qui démontent ce simplisme.

    Problème : quand tu es là à instiller du doute et de la réflexion et qu'en face tu as un gars qui rassure avec ses solutions simples, qu va t'écouter ?

    Il faut devenir très malins, et vite.

  • Reza sur RFI

    Pin it!

    A écouter ici...

  • Pouvoir et facilité de la destruction

    Pin it!

    Le pouvoir de destruction est si facile et si accessible à n'importe qui...

     

  • Du "populisme" au "fascisme", la pente aussi logique que fatale...

    Pin it!

    Le "populisme" c'est donner des réponses simples (et rassurantes) aux problèmes de la vie.

    Et ces réponses sont d'autant plus rassurantes qu'elles sont simples. Le compliqué, c'est embêtant, on ne sait pas comment l'attraper, surtout lorsqu'on n'est pas éduqué pour ça.

    Ce populisme donne donc un cadre logique facile, que tout le monde comprend.

     

    Le "fascisme" poursuit la logique en fournissant des coupables eux aussi simples et accessibles à ces difficultés.

    Non seulement la cause de vos problèmes est simple, mais en plus c'est votre voisin qui est responsable.

    Vous pouvez (avoir l'illusion d')agir contre vos problèmes en lui cassant la gueule à dix contre un.

     

    Rassuré et défoulé. Que demander de plus... sauf qu'évidemment tout cela n'est qu'illusions (populistes) et meurtres (fascistes).

     

  • L'#algorithme, c'est de la pensée pré-mâchée, de la répétition.

    Pin it!

    Dès qu'il y a de la nouveauté, de ces différences que la Réalité produit continuellement, il faut improviser.

    L'impro est créativité, association souvent apparemment illogique...

     

  • La malade qui combat son cancer ?

    Pin it!

    Je croyais que la médecine moderne n'était pas une question de psychologie (de bistrot?) mais de stricte rationalité bio-chimique...

    Et au moment où les cancers s'étendent, et où les grands génies de la bio-chimie sont dans l'impasse, plutôt que de reconnaître leurs limites (inhérentes à la science hyper-réductionniste et hyper-spécialisée), ils refilent la responsabilité de ces limites au malade lui-même, qui n'a soi-disant "pas assez combattu".

    Ainsi, le génie de la science s'en sort toujours. Quand ça va, c'est grâce à lui, quand ça foire, c'est la faute des autres.

    Ainsi font d'ailleurs les économistes, les politiciens, etc.

    L'humain, si insupportable...

    (De la technoscience...)

  • Artificielle ou pas, il n'y a pas d'intelligence neutre.

    Pin it!

    L'intelligence implique un objectif, l'objectif implique la défense d'intérêts, quels qu'ils soient, et qui ne sont pas nécessairement ceux des "autres" intelligences.

    Ces éléments conditionnent le choix des données que l'on va extraire du torrent de bigdata qu'est la "réalité" et le traitement qu'on va leur faire subir.

    L'intelligence n'est pas neutre, elle émerge du complexe systémique ( Objectif/données/traitement par un système autoréflexif )

     

    Arf.