Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mots variés sur choses diverses - Page 3

  • Eolien: de l'écolo à l'industriel hors sol.

    Un grand projet de gigantesques éoliennes est dans les tuyaux dans le Sud-Cantal sur les communes de Siran et Glénat.

    Le projet est délirant, et il y a une pétition contre lui.

    L'éolien devient une folie industrielle. Dans le cas de ce projet, on pourrait par exemple remplacer ces monstres par... un "four solaire" du type Odeillo (adapté/simplifié pour la production d'électricité - s'il suffit de faire bouillir de l'eau, le soleil est très bien et de toute façon aussi fréquent sinon plus que peut l'être le vent dans le coin...) placé à côté du barrage de St Etienne Cantalès qui comporte déjà toutes les infrastructures de puissance. Pas besoin de construire de nouvelles lignes ou de transfos...

    La pétition est là.

  • L'agriculture, un système à multiples points d'entrée

    Depuis des lustres, l'humanité essaye de sélectionner les "meilleurs" animaux (ou plantes) - en réalité les plus productifs - pour satisfaire à une vision uniquement productrice de l'agriculture.

    Mais la nature est un système complexe où la productivité n'est qu'un paramètre parmi d'autres.

    Lorsqu'il n'y a pas d'eau, même les meilleurs phénotypes ne donnent rien.

    Il va être temps (mais l'aurons-nous ?) de concevoir une approche plus systémique qui en particulier accepte des rendements moindres mais plus sûrs avec par exemple des associations de cultures, des techniques de cultures améliorées, etc.

    Beaucoup de savoir (et donc de science) à (re-)découvrir...

    La génétique n'est qu'un point d'accès dans le "système agro-écologique" largement plus complexe que quelques gènes à tripoter, que ce soit par la sélection "traditionnelle" ou le bidouillage génomique bien plus risqué que les bricoleurs ne veulent l'admettre.

    Il faut de la science, mais par d'autres points d'entrée dans la "réalité".

  • Principe de base

    La "réalité" est toujours un pas au-delà des mots, des théories, des croyances, des équations, des idéologies utilisées par les humains pour l'expliquer.

    L'image d'une pipe ne se fume pas.

    Sa représentation holographique non plus.

    Pas plus que le mot "pipe" d'ailleurs.

     

    Et c'est normal : on se trouve sur des plans différents.

    Seul le fou confondrait la photo d'un objet avec l'objet lui-même.

     

    Evident, non ?

  • La logique binaire, source de multiples problèmes psycho-sociaux...

    Voilà un sujet qui devrait occuper ce journal électronique dans les temps à venir.

    Il y a tant de circonstances dans la vie où, si l'on creuse un peu, on trouve un principe binaire qui conditionne des idées et comportements de manière particulièrement stupide, voire toxique.

    Le monde se divise en deux, Tuco : Il y a ceux qui pensent que le monde se divise en deux, et il y a les autres.

    Les articles de la séries [ Méfaits de la logique binaire ]

    1- Logique binaire et... "pervers narcissique"

     

     

  • Logique binaire et... "pervers narcissique"

    [ Méfaits de la logique binaire - 1 ]

    J'hypothèse (sic) que la prise de contrôle totale du "pervers narcissique" sur sa cible a parmi ses causes très probable une pensée/évaluation de type binaire : si je ne contrôle pas totalement l'autre, alors je ne contrôle rien. (et si je ne contrôle rien, que suis-je ? Rien ?...)

    Cette base binaire très simple se voit rapidement dissimulée par un ensemble de réactions/comportements aussi excessifs que destructeurs qui tendent à aveugler l'observateur. Il est vrai que la vie est très compliquée avec des gens atteints de cette pathologie.

    Je place des guillemets autour de cette expression. Il me semble que le terme "pervers narcissique" ajoute à des comportements de dominance très excessifs - mais aussi très simples - un contexte excessivement psychologisant et culpabilisant. Même si le malade est dangereux, c'est tout de même un malade, et il ne sert à rien de le "dégrader" verbalement, sinon à compliquer encore la résolution du problème.

    Un peu moins de "psycho", et un plus de logique floue, peut-être ?... On remarquera que la psychologie elle-même (s'exprime)/(est conditionnée) par le langage (et la logique plus ou moins judicieuse qu'il porte). Moins de binaire et plus de finesse, merci !

    (version 1.0 - 27.9.2018)

  • Les limites de l'intelligence

    Donc, les limites de l'intelligence:

    1. Je ne sais pas tout.
    2. Ce que je sais est partiel, en raison même de la limite 1.
    3. Ce que je fais avec ce que je sais est conditionné par ce que je peux/veux faire, qui n'est pas nécessairement ce que peuvent/veulent faire les autres.
    4. Les idées, théories, équations sont des simplifications abstraites de la Réalité, qui a une forte tendance à changer continuellement alors qu'on ne lui demande rien.

  • Il n'y a pas d'algorithme neutre

    Un algorithme est une "recette" pour "résoudre" un problème.

    La question qui suit est : résoudre comment, et dans l'intérêt de qui ?

    Non seulement l'algo est orienté en fonction de l'objectif de ses créateurs, mais en plus il y a le postulat implicite que le problème peut être résolu... c'est à dire qu'on connaît déjà les données (le problème), qu'on l'a déjà résolu, et qu'on va répéter la solution.

    Mais la réalité est changements.

    Il y a les données, et les relations entre les données.

    L'algorithme ne peut gérer une situation imprévue (nouvelles données, données différentes, relations entre données différentes) qu'en prenant des risques, qu'en faisant des choix arbitraires, non basés sur des faits suffisants puisqu'ils sont (partiellement) inconnus au moment de la conception de l'algo

    Nous demandera-t-il notre avis (dans une IA, si on arrive à en programmer qui fonctionnent au-delà de la résolution de problèmes simples) avant de faire des choix qui nous concernent ou suivra-t-il juste les intérêts de ses concepteurs ?

    Le problème est le même avec toute "intelligence".

    On n'est pas "intelligent" "dans le vide".

    Il faut savoir reconnaitre les données. Il faut avoir un objectif à atteindre, or cet objectif conditionne à la fois la sélection des données et les traitements qu'on va effectuer. L'intelligence est un système circulaire.