Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Géoingéniérie intelligente

    Deux scientifiques russes, observant le réchauffement du permafrost (très grosse catastrophe en prévision) proposent une technique de géo-ingéniérie aussi simple qu'intelligente:

    - Couper les arbres, et laisser l'herbe dans la toundra. Elle reflète le soleil beaucoup mieux que les feuilles = moins de réchauffement

    - La repeupler en troupeaux bovins et animaux divers. Ils auront de l'herbe pour se nourrir et vont, l'hiver, piétiner la neige qui, sans ça, protège le sol du froid = plus de refroidissement.

    A voir ce soir dans arte reportage: Sibérie : les aventuriers de l'age perdu...

  • Les affaires en Europe aujourd'hui

    Le gestionnaire (public) du réseau Grec d'électricité s'associe à la banque de développement... chinoise pour pouvoir trouver de l'argent.

    L'Europe, cette réussite.

  • Mieux comprendre pour mieux combattre

    Dans les affaires actuelles de violences sexuelles, tout comme pour ce qui concerne la pédophilie voire les comportements de type pervers narcissiques et autres personnalités toxiques, il semble qu'on ne s'intéresse qu'aux aspects les plus simples et aux "solutions" rapides.

    Se débarrasser des coupables, et poser souvent des responsabilités bien trop simplistes.

    Un individu est un résultat, changeant.

    Ce résultat provient d'influences bio, psycho et socio... logiques.

    Omettre un ou plusieurs de ces aspects conduit à mal comprendre, et donc à mal combattre.

    Sur le plan biologique, il semble bien qu'il existe des pulsions sexuelles, de domination (cf Laborit).

    Sur le plan psychologique, on se donne des justifications, des cadres "idéologiques" pour justifier son comportement.

    Socialement, L'extérieur donne des "principes" justifiant (ou pas) son comportement.

    Il faut aussi considérer la façon dont le langage transmet ces idées, et comment.

    La plupart des problèmes humains devraient il me semble être envisagés selon ces angles d'approche, simultanément et en interaction.

     

    (Prémisses d'une approche bio-psycho-socio-logique

    des questions Humaines)

  • "Le sens" des mots ?

    Ce sont les humains qui attribuent des sens à leurs mots, et pas l'inverse.

    D'où il s'en suit que l'idée de "rendre leurs sens aux mots" est une aberration.

    Le sens d'un mot est une combinaison floue entre...

    - le "sens du dictionnaire" (donné par d'autres mots...)

    - le "sens social", inflexion au sens précédent, soumis au CONTEXTE social lié à l'actualité, aux usages politiques divers etc.

    - le "sens personnel" lié aux expériences que chacun fait avec ses mots (les gens qui ont "peur des chiens" attribuent au "chien" une seule caractéristique: le danger...)

    "Le sens" d'un mot est un mélange de convention sociale et d'expérience personnelle avec des dosages variés. Il est des mots moins chargés par les expériences personnelles, ou peu utilisés dans la société... ou inversement.

    On peut se servir de ce principe dans nos discussions de tous les jours, et cela peut sans aucun doute éviter des engueulades et autres désagréments.

    Il arrive souvent qu'on ne parle pas exactement de la même chose, même en utilisant les mêmes mots !...