Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • L'intelligence ne suffit pas.

    Prenons un exemple.

    Une entreprise fait des bénéfices.

    Que fait-on de cet argent ?

    Les propriétaires de l'entreprise vont dire, intelligemment, qu'ils ont besoin de l'argent pour réinvestir et ainsi soutenir l'économie.

    Les salariés de l'entreprise vont dire, intelligemment, qu'ils ont besoin de l'argent pour acheter plus et ainsi soutenir l'économie.

    Les deux possibilités sont apparemment assez intelligentes, même si le partage (aussi équitable que possible) de ces bénéfices entre les deux serait plus intelligent encore.

    Mais...

    Interviennent les rapports de forces sociaux, résultats d'un ensemble de mécanismes surtout de propagande, qui font qu'aujourd'hui les propriétaires ont l'avantage. Ils ont les moyens de se payer les médias, les "penseurs", les "économistes" pour justifier leur intérêt en le présentant comme le plus intelligent...

    L'intelligence seule, artificielle ou pas, ne suffit pas.

    Elle doit se déployer sur plusieurs niveaux, prenant en compte les intérêts de chaque groupe ET les intérêts de l'ensemble des groupes... comprenant les interactions entre groupes (dont les rapports de forces) etc.

    Et tout ceci concerne bien entendu aussi l'intelligence artificielle: l'intelligence d'accord, mais pour en faire quoi ? Pour défendre quels intérêts ?

     

  • Le Marché, ce n'est pas la paix.

    Les multiples tensions qui apparaissent en Europe, échos dans un large mesure des difficultés rencontrées sur le reste de la planète, montrent que l'idée d'une zone paradisiaque parce que gouvernée par la concurrence "libre et non faussée" est un peu courte.

    L'économie est évidemment importante et le marché utile mais ce ne sont pas des nouveautés. Le commerce existe depuis des millénaires, or il n'a jamais (ou très rarement ?) empêché les guerres. Cela se saurait, depuis le temps.

    En situation idéale, stable, le marché peut juste fonctionner plus facilement, mais dès que des questions sociales et politiques apparaissent, apparaît aussi la futilité de l'idée pacificatrice de l'économie.

    Le supermarché n'a jamais empêché la pauvreté, l'injustice, la haine... et même parfois il y contribue lorsqu'il est géré à la manière ultralibérale, créant lui-même des problèmes qu'il ne peut résoudre "en interne" comme l'aggravation des inégalités, la compétition hystérique, etc.

    Le marché montre aussi son action délétère au niveau des relations internationales: tel pays qui achète pour plusieurs milliards d'armement, ce qui conduit le vendeur à se retenir lorsque ce client veut jouer avec les droits de la personne, la liberté d'expression...

    La Politique d'abord, l'économie ensuite.

    Et la Politique, c'est la résolution des conflits, laquelle n'intéresse pas du tout l'économie...